Matière à penser

Cyberhumanisme.org

 

Sommaire Néthiquette Modération Archives Abonnement Matière à penser

DOSSIER PORTO ALEGRE 2002

Ces États-Unis qui sont contre la barbarie

La Bataille de Doha

La bataille de Doha commence avec de l'autoritarisme et des protestations

L'Empire contre-attaque à Doha

Aux pauvres que des miettes

La génération et l'esprit de Porto Alegre en quatre questions

Ou l'humanité, ou la terreur financière

Quel est le futur des États-Nations?

Une autre société de l'information est possible

Déclaration finale : Appel des mouvements sociaux

 

SYNDIQUER cyberhumanisme


FIL D'INFOS CYBERHUMANISTE
MATIERE A PENSER

LISTE DE DISCUSSION CYBERHUMANISME

[FORUM] RECHERCHE D'UNE BEAUTÉ IDÉALE


[FORUM] HUMANITÉ - PLANÈTE TERRE

[FORUM] ÊTES-VOUS SÛR D'ÊTRE UN ÊTRE HUMAIN ?


Si la terre était un village… la parabole écolo

(Flash mob) Foules intelligentes, attentat poétique, et nouvelles formes de mobilisations…


Super-Dossier "Non à la logique de guerre"

Portfolio contre la Guerre du Golfe II

Concert pour la Paix à Notre-Dame de Paris (14 mars 2003)

LES DOSSIERS :
Exclu - Dossier : C'était le 15 février sur la terre, Non à la logique de guerre,Critique de Loft Story


• La liste de discussion cyberhumanisme (s'abonner, archives...)
• Forums en ligne (écolosie, non à la guerre, poésie, humanité…)
• La petite histoire des Humains (Il était une fois, en 1984…)
FAQ - Humains Associés (participer, faire un lien, la revue...)
• Syndication : reprendre les derniers titres de cyberhumanisme


Le rezo des Humains Associés
Les Humains Associés
Les Humains Associés (le forum)
Cyberhumanisme (la liste)
Cyberhumanisme (magazine)
Pax Humana (Irak)

 

LES DOSSIERS DE CYBERHUMANISME.ORG

[PORTO ALEGRE 2002]
Spécial OMC : La bataille de Doha commence avec de l'autoritarisme et des protestations

 

Tous ceux qui ont intérêt à la radicalisation de la mondialisation néolibérale jouent un sale jeu dans le seul but d'atteindre leurs objectifs, protégés par un désert aride et par le silence de la presse

 

 

Outra Palavras (D'Autre Mots), Mardi, le 20 novembre 2001 -
nº 17- bulletin en ligne du portail Porto Alegre 2002.

 

Le moins qu'on puisse dire c'est que ça a été gênant pour tous ceux qui aiment répéter inlassablement que le "libre" commerce ne rend que des services à la démocratie. À l'ouverture à Doha (Qatar) de la 4e Réunion Ministérielle de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), samedi dernier, le Président du Conseil Général de l'institution, Stuart Harbinson (de Hong Kong), a présenté un ordre du jour qui contrarie les principes les plus élémentaires d'un libre débat d'idées et de la construction de consensus. Un long silence a été le signe d'approbation de la part de tous ceux qui aiment se présenter comme les représentants du "monde libre": les délégations des États-Unis, de l'Union Européenne et du Japon. Néanmoins, Monsieur le Président a dû entendre une batterie de critiques sur le manque absolu de transparence dans ses méthodes.

Ces critiques ont été émises par les délégués des pays que l'Occident tient absolument à identifier avec tout ce qui est arriéré et avec l'autoritarisme: l'Inde, le Zimbabwe, la Jamaïque, le Bangladesh et l'Ouganda, entre autres. Ces pays ont eu le soutien, par la suite, de plusieurs ONGs qui étaient présentes à la rencontre. Leurs critiques ont été, malgré cela, ignorées par les dirigeants de la séance qui n'ont pas voulu qu'elles soient discutées en séance plénière — attitude qui a fait que certains commentateurs ont pu écrire que la rencontre de Doha battait tous les records en matière d'autoritarisme, lors des réunions des organismes multilatéraux. De façon symptomatique, les médias occidentaux — et tout particulièrement les brésiliens — sont en train d'omettre les faits les plus importants de la réunion. Le seul moyen pour avoir accès à ces informations est par Internet, dans les sites des agences indépendantes d'information, et que nous reproduisons en grande partie dans notre portail www.portoalegre2002.net.

La manipulation commence par un texte de base trompeur

La principale manœuvre cachée par la presse commerciale est la tentative de forger un "consensus" à partir de Doha, autour de la présentation d'une tournée mondiale pour la "libéralisation" du commerce. L'initiative est contestée par des mouvements sociaux du monde entier et par quelques pays du Sud. Comme nous avons écrit dans Outras Palavras dans son édition de jeudi dernier, ces messieurs-là tentent, par ce biais, d'élargir comme jamais auparavant le pouvoir des grandes transnationales, de rompre les barrières qui rendent encore difficile leur pénétration dans certains secteurs économiques et dans certains pays, et d'empêcher que les sociétés et les États adoptent des politiques tournées vers l'élargissement des droits sociaux et de la protection de la nature.

La façon d'envisager les choses des dirigeants de l'OMC pour obtenir coûte que coûte ce qu'ils veulent est racontée en détails par des agences telles que la Third World Network. Les actions antidémocratiques ont commencé par la tentative de proposer, comme texte de base pour la réunion de Doha, un document rédigé par Stuart Harbinson qui allait à l'encontre des opinions émises par les pays du Sud et par certains secteurs de la société. Tetteh Hormeku, l'un des analystes de la Third World Network à Doha raconte qu'une première version du document a été rédigée en septembre par le Président du Conseil Général, qui a essayé de la présenter comme si le document était l'expression d'un consensus. Immédiatement, plusieurs nations ont exposé ouvertement leurs divergences.

Pendant l'ouverture de la réunion de Doha, quand une deuxième version du texte de Harbinson a été distribuée, les nations qui s'étaient plaintes ont constaté qu'aucune de leur demande n'avait été incorporée au document. Et pire encore: que le tout petit nombre de références qui étaient faites aux positions des pays du Tiers Monde dans la première rédaction avaient tout simplement été supprimées.

Au lieu de débats en séance plénière, tout pouvoir entre les mains de six personnes

La manœuvre, néanmoins, ne pourra pas avoir du succès sans que la rencontre même à Doha finisse avec l'approbation du document de Harbinson, ou d'une autre version de sens identique. Pour pouvoir garantir que cela se passe comme ça, les dirigeants de l'OMC sont en train d'employer une seconde méthode antidémocratique. Ils veulent simplement supprimer les débats en séance plénière et les remplacer par une série de "consultations" arbitraires, entre six membres de la réunion nommés unilatéralement par la présidence de l'assemblée, sans aucune discussion préalable avec les 143 pays membres.

En plus du récit de Tetteh Hormeku, le rapport de ces tractations a été fait par Martin Khor, un autre analyste du commerce international qui publie ses textes dans Third World Network. Dès samedi, le premier jour vraiment de travaux de la réunion ministérielle, on a annoncé que l'OMC avait désigné ces six "aideurs". Ils seraient chargés de recueillir, tout au long des travaux, les opinions des pays membres sur les six thèmes plus importants: Investissements (le représentant du Canada), Environnement (le délégué du Venezuela), Santé (Mexique), Agriculture (Singapour), Mise-en-Œuvre des Mesures (la Suisse), Normes (l'Afrique du Sud). À partir de ces consultations, le rapport final serait rédigé à la fin de la rencontre.

C'est là alors que plusieurs pays du Sud ont présenté des objections à la méthode. Le Ministre du Commerce de l'Inde a demandé que les "aideurs" tiennent en compte non seulement le texte de base de Harbinson, mais aussi des différentes prises de positions; et qu'on ne nomme pas de "documents consensuels" tout ce qui n'avait pas été largement discuté préalablement. La délégation jamaïquaine a voulu savoir quelles étaient les raisons qui avaient déterminé que le choix tombe sur ces six thèmes, à la place d'autres thèmes, qui avaient été proposés par plusieurs nations du Tiers Monde. Le représentant de l'Ouganda a demandé qu'on révèle la méthode employée pour faire le choix de ces six "aideurs".

Construire des consensus ou faire confiance aux "amis de la présidence"

Les réponse des conducteurs de la réunion ont été évasives. Des journalistes, des délégués de pays du Sud et des représentants de quelques-unes des ONGs, autorisées à participer de la réunion sont passées à appeler les "aideurs" de "amis de la présidence" ou de "six hommes verts". En faisant référence aux salles vertes créées par l'OMC à la conférence ministérielle de Seattle pour réunir seulement les représentants des pays plus puissants et pour forger de faux consensus.

Tetteh Hormeku raconte le chaos et l'opacité qui ont dominé les travaux après la nomination des "hommes verts". Selon lui, ce qui unit les indiqués est le fait qu'ils sont tous partisans de la nouvelle tournée de "libéralisation" du commerce. Les pratiques adoptées par eux arrivent à être bizarres. Hormeku dit : "Quelques-uns des 'amis du président' virtuellement ont organisé leur cour, attendant que les délégations les cherchent. D'autres font opté pour commencer des réunions individuelles avec des délégués des pays choisis. Dans ces rencontres, un délégué n'a pas le moyen de savoir ce qu'une autre délégation a dit. Chaque pays doit faire confiance à la ‘honnêteté’ de cet ‘homme vert’ (...) Il y a déjà des histoires sur comment les positions de quelques délégués sont biaisées face à d'autres délégations".

Une dispute pas conclue, une résistance qui réunit le Nord et le Sud

Rien ne permet, pour le moment, de prévoir le résultat de la réunion de Doha, qui devra terminer dans les prochaines heures. La pression exercée par les méthodes autoritaires de l'OMC est forte et les possibilités de recourir à un 'physiologisme' (N.D.T. — terme créé au Brésil pour désigner le comportement d'intérêts personnels ou partisans) sont évidentes, dans un tel climat. Les divergences, cependant, sont encore grandes.

Pendant qu'on attend, il est réconfortant de vérifier que l'effort fait par les organisations sociales du Sud et du Nord de la planète avance, cet effort pour accroître la résistance au "libre" commerce et proposer des alternatives. Peu avant le début de la rencontre de Qatar, un manifeste avec les signatures de dizaines d'entités du monde entier a commencé à circuler, pour dénoncer la manipulation commencée avec le document-base de Harbinson. Le texte appelle: "nous appelons ministres, délégations et gouvernements à repousser le brouillon comme base pour une Déclaration finale [de Doha] (...) À sa place, les ministres devraient présenter avec fermeté leurs propres textes alternatifs, qui contiendront les intérêts de leurs peuples et pays. En particulier, nous repoussons les paragraphes 20 à 23, qui proposent le début de négociations sur de nouveaux thèmes (...) une fois que les négociations menaceraient le futur des pays en développement". Parmi les signataires. Il y a une liste d'organisations qui va de Focus on the Global South, en Thaïlande, à Unité de Recherche, de Formation et d'Information sur la Globalisation, qui a des sièges à Bruxelles, Paris et Genève; de Instituto del Tercer Mundo, uruguayen, à l' Edmond Institute, américain; du National Workin Group on Patent Laws, en Inde, à Campanha Norueguesa sobre o GATT e a OMC. Soit dans les pays riches, soit dans ceux qui se trouvent dans un état de pauvreté, il existe toujours des gens qui croient aux valeurs de la démocratie contre l'autoritarisme et les manipulations; qui croient au libre débat d'idées contre le physiologisme; dans les valeurs de la solidarité contre une nouvelle tournée de concentration de richesse et de pouvoir.

 

 

Doha meet kicks off to "democratic" start -Martin Khor, Third World Network

Le monde n´est pas une marchandise! -Attac, etc

La invasión de los seis hombres verdes ­ Tetteh Hormeku, Red del Tercer Mundo

 


Outras Palavras(D´Autres Mots) est le bulletin en ligne du portail portoalegre2002.org
Des versions en portugais, en espagnol et en anglais sont disponibles.

Référence : Outra Palavras (D'Autre Mots) - n°17 - Mardi, 20 novembre 2001
Reproduit par Cyberhumanisme avec l'accord du site.


A LIRE AUSSI


Telle est la thématique du dossier-forum des Humains Associés ouvert en août dernier sur le site de l'association (humains-associes.org). Découvrez la page d'introduction avec le texte "Vous avez dit humanisme". Une sélection de plus de soixante liens (dossiers, articles, sites critiques : altermondialisme, OMC, Doha, Davos, Porto Alegre) pour enrichir nos échanges. Et participez au forum en ligne et sa nouvelle interface interactive.
Une sélection de liens FSM II



PARTICIPEZ AU FORUM EN LIGNE DES HUMAINS ASSOCIES : HUMANISME & MONDIALISATION

 



 
   


Abonnement - Archives - Modération - Néthiquette - Matière à penser - Répertoire - Sommaire

Cyberhumanisme.org

Les Humains Associés

© 2001 Contact